LES HOMMAGES PLEUVENT POUR PIERROT CAUBET

L’ASM vous annonçait hier le décès d’un dirigeant historique du club, Pierrot Caubet.

Tout l’ASM s’associe à la peine de sa famille et notamment Carole, Brigitte et Jeff, anciens pensionnaires du club.

Qui de mieux qu’un ancien Président pouvait lui rendre hommage par ces quelques mots très touchants ci dessous. Encore merci à toi, Christophe ANDRIEU, pour ce bel hommage.

Marco Cafiero

 

« Pierrot Caubet, 50 années de fidélité à l’AS Muret

A part quelques panières à linge, on ne connaissait pas d’ennemis à « Pierrot » Caubet. C’est vrai, les soirs de défaites, les sacs « bleu et rouge » n’avaient pas droit aux mêmes égards. Et chaque joueur de l’équipe première de l’AS Muret connaissait de suite la note de son match au seul regard que cet indispensable douzième homme pouvait jeter. Plus que tout, cet amoureux inconditionnel de son club aimait les joueurs qui « mouillaient le maillot ». Pendant deux décennies, il accompagna avec une fidélité remarquable les aventures de l’équipe fanion, avec Gérard Rabier (pendant 17 ans), puis Pascal Sempé (4 ans) et enfin Alain Aïgoun (1 année). Il y eut aussi beaucoup de soirs de victoires, la remontée en D.III (1983), l’historique montée en National 1 (1993) et la remontée héroïque en CFA de 1999. La Coupe de France et ses maillots « collectors » accompagnèrent aussi la vie de ce plombier qui savait souder plutôt que dézinguer. De Martigues à Morne-à-l’Eau, en passant par Monaco, Cannes ou Trélissac, il a vécu au plus près les grandes pages de l’histoire footballistique Muretaine. Sa présence dans les vestiaires fut telle qu’on en oublierait presqu’il connut l’ASM avant même qu’elle choisisse d’apposer sur son blason une marguerite sous les ailes de Landowski. Joueur dans les années soixante, il embraya ensuite une carrière de coach qui le mena jusqu’en… première division ! Avec « ses » féminines, il amena en effet Muret au plus haut niveau national pendant dix ans à une époque où il fallait être un pionnier pour parler de foot féminin. Aujourd’hui, tous ceux qui sont passés par l’ASM ont perdu un ami sincère et droit. Plus encore, nos pensées vont à Brigitte, sa fille, Carole sa petite-fille chérie ainsi que Maryse. A 80 ans, il est parti avec un maillot « Blaugrana » en guise de linceul, la tunique si chère à son grand cœur, celle qu’il a portée haut durant un bon demi-siècle. On espère que là où il se trouve il pourra encore déboucher quelques jolis flacons de Meursault, ces grands crus qu’il aimait offrir à ses amis. Adieu Pierrot. »

Christophe ANDRIEU